lundi 31 octobre 2016

Lutter contre la dépression saisonnière

http://ici.radio-canada.ca/regions/saguenay-lac/

PUBLIÉ LE DIMANCHE 30 OCTOBRE 2016 À 11 H 19

Six visites à l'urgence avant de recevoir un diagnostic

http://fr.canoe.ca/sante/

Jonathan Roberge

Un homme de Shawinigan a porté plainte contre un radiologiste et l'hôpital pour leur manque de vigilance.
C'est que sa femme a dû se présenter pas moins de six fois à l'urgence avant qu'on lui diagnostique une thrombose veineuse et une péritonite.
Pierre Vanasse n'arrive pas à comprendre comment le radiologiste de l'hôpital de Shawinigan-Sud a pu rater ce diagnostic.
Le 18 août, sa femme s'est plainte de violente douleur au bas du ventre. Elle a aussi vomi de la bile. Ils se sont rendus à l'urgence pour une première fois.
«C'est comme du feu qui brûle au niveau des intestins et de l'estomac», explique Linda Bérubé.
Les examens ne révèlent rien d'anormal. On lui donne son congé. L'histoire se répète cinq jours et deux semaines plus tard.
«La première fois, tu te dis OK, ce n'était peut-être rien. La deuxième fois, tu crois que ça peut être une malchance. Mais à la troisième fois, tu sais qu'il y a définitivement quelque chose d'anormal», explique l'homme.

MÊME RÉSULTAT

De retour à l'urgence, même résultat, mais la douleur est encore plus forte.
Monsieur Vanasse suggère alors qu'on fasse appel à un spécialiste d'un autre hôpital.
«Je leur ai dit, je ne vous en voudrai pas si vous l'envoyez à Trois-Rivières parce que vous n'êtes pas capable de trouver le problème. J'étais même prêt à payer le transport en ambulance.»
À sa sixième visite à l'urgence, on lui a finalement diagnostiqué une thrombose veineuse et une péritonite. Elle a été hospitalisée un mois... on l'a même plongée dans un coma artificiel.
Monsieur Vanasse a officiellement porté plainte contre le radiologiste. Il souhaite obtenir des explications, mais n'entend pas intenter de poursuites.
«Qu'est qu'on peut faire pour que ça ne se reproduise pas? Pour nous, c'est ça l'important. On ne niaisera pas avec les poursuites et les frais d'avocats. On n'a pas d'argent ni de temps à gaspiller avec ça.»
Madame Bérubé retrouve peu de peu la forme après qu'on lui ait retiré 95 cm d'intestin. Selon elle, le manque de personnel à l'hôpital est criant... et aurait pu s'avérer fatal.