mardi 8 novembre 2016

Pression artérielle basse

http://sante.canoe.ca/condition/


(Hypotension artérielle, Hypotension orthostatique)

Description

Étant donné que les personnes ayant une pression artérielle élevée (l'hypertension) courent un bien plus grand risque de mourir prématurément d'une maladie cardiaque ou d'un accident vasculaire cérébral, vous pensez probablement qu'une pression artérielle basse serait désirable. Toutefois, une pression artérielle anormalement basse, aussi désignée hypotension artérielle, peut également causer des problèmes.
La manifestation la plus élémentaire de l'hypotension se caractérise par des étourdissements ou une vision trouble susceptible d'accroître le risque de chute ou d'accidents. Une hypotension plus aiguë diminue le volume du débit sanguin circulant vers le cerveau et d'autres organes essentiels. Il s'ensuit une réduction de l'approvisionnement en oxygène et en nutriments à ces organes qui ne peuvent plus fonctionner normalement. L'hypotension peut également être le signe d'une affection sous-jacente plus grave.
À mesure que le sang circule tout au long votre corps, il exerce une pression contre les parois de vos vaisseaux sanguins, tout comme l'eau dans un tuyau d'arrosage ou l'air dans un pneu. C'est ce que l'on appelle la pression artérielle. Avec chaque battement (une contraction), votre cœur éjecte du sang qu'il propulse dans vos artères, c'est alors que la pression artérielle atteint son maximum. Il s'agit de votre pression systolique. Dans l'intervalle qui sépare ses battements, votre cœur se décontracte et le sang reflue à l'intérieur, votre pression artérielle est alors plus basse. Il s'agit de votre pression diastolique.
Une lecture de la pression artérielle mesure ces 2 pressions et les exprime par 2 nombres, celui de votre pression systolique, qui est supérieur à celui de votre pression diastolique. La pression artérielle normale d'un adulte se situe en dessous de 120 mmHg et de 80 mmHg (mmHg signifie « millimètres de mercure » et fait référence à un dispositif de mesure de la pression semblable à un thermomètre).
La pression artérielle change pendant toute la journée et varie d'une personne à une autre. Divers facteurs influent sur la pression artérielle, notamment la position de votre corps, le rythme de votre respiration, le niveau de stress, l'activité physique, les médicaments, ce que vous mangez ou buvez ainsi que le moment de la journée (la pression artérielle est habituellement plus basse la nuit quand vous dormez et elle s'élève quand vous vous réveillez). Le corps des personnes en bonne santé réagit et s'adapte à ces changements pour maintenir votre pression artérielle aux alentours des valeurs normales. De cette façon, les organes essentiels comme votre cerveau et les reins reçoivent un approvisionnement constant en sang et en nutriments.
Une pression artérielle est réputée basse quand la pression systolique chute au-dessous de 90 mmHg et la pression diastolique au-dessous de 60 mmHg. La pression de certaines personnes peut être tout le temps basse, mais représenter des valeurs normales pour elles. Si elles n'observent pas d'autres signes ou symptômes, un traitement médical ne s'avérerait probablement pas utile. Une pression artérielle basse devient préoccupante quand elle s'accompagne de symptômes évidents, comme des étourdissements, des évanouissements et, dans des cas graves, d'un état de choc. Quand ces phénomènes se produisent, les personnes touchées devraient obtenir des soins médicaux afin d'établir si leur hypotension artérielle est imputable à un trouble sous-jacent.

Causes

Une hypotension se produit quand le corps ne parvient pas à maintenir les valeurs de la pression artérielle dans les limites de la normale pour une personne en bonne santé. Une hypotension artérielle peut être imputable à divers facteurs et elle peut toucher des personnes de tout âge. Toutefois, certains types d'hypotension s'observent plus couramment parmi les personnes d'un certain groupe d'âge.
Une hypotension orthostatique survient à la suite d'une chute subite de la pression artérielle quand vous passez de la position assise ou couchée à la position debout. Elle touche plus souvent les aînés.
Une hypotension à médiation neuronale ou HMN se produit après une station debout prolongée ou après avoir éprouvé une douleur aiguë ou une émotion vive. C'est ce que l'on appelle une syncope en langage courant. Les tout-petits ont une prédisposition plus marquée à ce genre d'hypotension artérielle qui disparaîtra spontanément au fil du temps tout comme la tendance à perdre connaissance facilement.
Quelques personnes peuvent avoir une pression artérielle basse après avoir mangé. C'est ce qui s'appelle une hypotension postprandiale.
D'autres facteurs peuvent causer une baisse de la pression artérielle :
  • la déshydratation - quand la perte des liquides organiques se produit plus rapidement que vous pouvez la compenser, votre pression artérielle peut tomber. Des vomissements, une fièvre, une diarrhée aiguë ou des exercices épuisants peuvent entraîner une déshydratation ;
  • certains troubles médicaux -
    • des troubles de la thyroïde ;
    • la maladie d'Addison ;
    • l'hypoglycémie (un taux de sucre sanguin bas) ;
    • des troubles cardiaques (par ex. une crise cardiaque, une insuffisance cardiaque, une cardiopathie valvulaire, une très faible fréquence cardiaque) ;
    • des troubles neurologiques (par ex. la maladie de Parkinson) peuvent influer sur la communication entre votre cerveau et le rythme de vos battements de cœur ;
  • les médicaments - certains médicaments indiqués dans le traitement d'une pression artérielle élevée, d'une angine de poitrine, de la maladie de Parkinson ou d'une dépression augmentent le risque d'hypotension artérielle ;
  • une grossesse - l'appareil circulatoire d'une femme change pendant une grossesse. Les vaisseaux sanguins se dilatent légèrement et ce phénomène contribue à la baisse de la pression artérielle. Ces changements disparaissent habituellement après l'accouchement ;
  • un état de choc - l'hypotension artérielle la plus intense est entraînée par un état de choc. Ceci se produit quand une chute brutale de la pression artérielle cause la défaillance de la circulation du sang vers les organes essentiels comme le cerveau et les reins. Un état de choc peut être imputable à une perte de sang importante (par ex. causée par un saignement externe ou interne), de graves infections, brûlures ou réactions allergiques.

Symptômes et Complications

Dans certaines circonstances, la pression artérielle des personnes touchées pourrait baisser considérablement, alors qu'elles se sentent en pleine forme. L'hypotension artérielle devient préoccupante quand elle s'accompagne au moins de l'un des symptômes ci-après :
  • une vision trouble ;
  • une peau froide, moite et pâle ;
  • de la confusion ;
  • des étourdissements ;
  • une syncope ;
  • une augmentation du rythme respiratoire ;
  • des battements de cœur rapides ;
  • de la fatigue ;
  • l'incapacité de se concentrer ;
  • une sensation de tête légère ;
  • de la nausée ;
  • de la somnolence ;
  • de la faiblesse.
Dans le cas d'un état de choc, une personne peut tout d'abord ressentir l'un des signes ou symptômes cités. Mais sans soins médicaux immédiats, une perte de conscience pourrait se produire.

Diagnostic

Un médecin pose le diagnostic de pression artérielle basse après avoir mesuré votre pression artérielle au moyen d'un sphygmomanomètre. Il pourrait suffire aux personnes qui ont une pression artérielle basse, mais qui n'observent aucun autre symptôme, de faire surveiller leur pression artérielle par un médecin durant leurs examens systématiques. Si certains signes suggèrent un trouble sous-jacent, votre médecin pourrait vous recommander au moins l'une des épreuves ci-après pour confirmer son diagnostic d'hypotension :
  • des analyses de sang - pour obtenir des renseignements sur votre état de santé général ;
  • une électrocardiographie (ECG) - pour mesurer l'activité électrique du cœur et repérer les problèmes qui pourraient influer sur l'apport sanguin du cœur et son approvisionnement en oxygène ;
  • une échocardiographie - qui permet d'explorer le cœur tout en donnant des renseignements sur ses dimensions, sa forme et son fonctionnement ;
  • une épreuve d'effort - qui est une autre technique d'exploration, mais utile pour examiner la capacité de fonctionnement du cœur quand cet organe est soumis à un effort physique ou à l'action d'un médicament qui simule les effets des exercices physiques ;
  • la manœuvre de Valsalva - qui permet d'analyser la composante autonome de votre système nerveux responsable de la régulation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle. Cette épreuve consiste à effectuer une expiration forcée de l'air contenu dans vos poumons sans le laisser s'échapper par la bouche ni par le nez ;
  • l'épreuve d'inclinaison - qui s'effectue habituellement quand votre médecin soupçonne la présence d'une hypotension orthostatique ou d'une hypotension à médiation neuronale. Durant cette épreuve diagnostique, la personne concernée s'étend sur la table d'examen que l'on incline pour élever la partie supérieure du corps. Le passage de la table à l'oblique simule le changement qui se produit lors du passage de la position assise ou couchée à la position debout. Un changement de position peut déclencher des étourdissements, une sensation de tête légère, ou même une perte de connaissance pour les personnes atteintes d'hypotension orthostatique ou d'hypotension à médiation neuronale (HMN).

Traitement et Prévention

Tenez compte de la cause de votre pression artérielle basse pour effectuer certains changements à votre mode de vie, ou aux médicaments que vous employez pour prévenir et atténuer vos symptômes. En cas d'affection sous-jacente, la prise en charge de l'état pathologique résoudra le problème de la baisse de la pression artérielle.
Les suggestions ci-après de changements à apporter au mode de vie peuvent s'avérer utiles pour les personnes qui ont une pression artérielle basse :
  • buvez une plus grande quantité de liquides, comme de l'eau, afin d'éviter une déshydratation. Limitez votre consommation d'alcool. L'alcool peut causer de la déshydratation même lorsqu'il est bu avec modération ;
  • portez des bas de contention pour prévenir la stagnation du sang dans les membres inférieurs et stimuler la circulation sanguine dans tout votre corps ;
  • passez lentement d'une position à une autre. Prenez votre temps quand vous vous mettez debout ;
  • une augmentation de votre apport en sel pourrait s'avérer utile dans le cas d'une pression artérielle basse. Mais un apport de sel immodéré pourrait mener à une élévation de la pression artérielle qui serait nuisible à votre santé. N'effectuez ce changement alimentaire que si votre médecin l'a préconisé ;
  • votre médecin pourrait recommander un changement concernant vos médicaments s'il a déterminé qu'ils étaient la cause de votre hypotension artérielle. La fludrocortisone* et la midodrine* sont 2 médicaments qu'il pourrait vous prescrire dans des circonstances particulières pour vous aider à prendre en charge une pression artérielle basse ;
  • en cas de choc, un traitement médical d'urgence s'impose immédiatement. Un état de choc risque de mettre la vie en danger et demande les soins d'un personnel médical.