Les hommes de 45 à 64 ans sont les plus vulnérables au suicide

http://www.lapresse.ca/actualites/sante/

Publié le 03 février 2017 à 05h00 | Mis à jour à 08h41

SOPHIE ALLARD
La Presse
Le taux de suicide au Québec poursuit sa tendance à la baisse depuis le tournant du siècle, bien que de façon moins marquée, révèlent les plus récentes statistiques de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Alors que le Québec souligne la Semaine nationale de la prévention du suicide, la situation chez les hommes de 45 à 64 ans, qui se suicident en grand nombre, demeure toutefois préoccupante.








Trois suicides par jour
En 2014, le taux de mortalité par suicide était de 13,4 pour 100 000 personnes au Québec, pour un total de 1125 décès : 845 chez les hommes et 280 chez les femmes. « Ça équivaut à trois suicides par jour, souligne Jérôme Gaudreault, directeur général de l'Association québécoise de prévention du suicide. Il y a une stagnation du nombre de décès par année depuis 2007. Comme la population augmente, il y a tout de même un effet à la baisse sur le taux, mais même cet effet semble s'arrêter. » Selon M. Gaudreault, le ministère de la Santé doit investir davantage dans la prévention. « Les lignes téléphoniques sont surchargées, les intervenants ne sont pas assez nombreux et l'attente est de six mois pour voir un psychologue dans le réseau de la santé. »
Au Québec, les hommes de 45 à 64... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)
Au Québec, les hommes de 45 à 64 ans présentent le plus haut taux de mort par suicide, soit 33 pour 100 000 personnes.
PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE
Hommes de 45 à 64 ans
Face au suicide, les grands perdants sont les hommes de 45 à 64 ans. Au Québec, ils présentent le plus haut taux de mort par suicide, soit 33 pour 100 000 personnes. C'est trois fois plus que les hommes de 15 à 24 ans (13 pour 100 000 personnes) et que les femmes de 45 à 64 ans (11 pour 100 000 personnes). « Contrairement à la tendance à la baisse dans les autres groupes d'âge, un plateau est observé dans les dernières années », écrivent les auteurs du rapport dévoilé lundi. Le constat est le même aux États-Unis : le taux de suicide chez les hommes de 45 à 64 ans y est le plus élevé (30 pour 100 000 personnes), en hausse de 43 % entre 1999 et 2014.
Une perte de repères
« On pense à tort que tout va pour le mieux pour les hommes blancs dans la force de l'âge, en raison de leur statut privilégié. Or, les chiffres ne mentent pas : ils sont les plus nombreux à s'enlever la vie », souligne Robert Whitley, chercheur principal du Groupe d'intérêt et de recherche pour la psychiatrie sociale de l'hôpital Douglas. Un taux de divorce élevé, le recul de la religion et l'effritement de la communauté et de la famille peuvent expliquer ces chiffres, d'où les taux généralement plus bas chez les immigrants. « Traditionnellement, le rôle de l'homme, c'était d'avoir une femme pour la vie, des enfants, un bon travail, un chalet. Quand on est divorcé, sans emploi, sans soutien, il peut y avoir une perte de dignité, une perte de sens de la vie », ajoute M. Whitley.
Marasme économique
Une économie chancelante est associée à une augmentation des taux de suicide, selon diverses études. On le constate lors de fermetures d'usines, on l'a vu lors du point culminant de la crise économique en Grèce. On le voit aux États-Unis. « Quand on se sent désengagé, en perte de contrôle sur sa vie, qu'on se sent à risque d'être déclassé socialement, on peut vivre de la frustration. Certains la retournent contre eux », dit Patrice Corriveau, directeur du département de criminologie de l'Université d'Ottawa. Certains observateurs - comme le Prix Nobel d'économie 2015 Angus Deaton - voient dans l'élection de Donald Trump un symptôme de la détresse des hommes blancs instruits, qui se suicident de plus en plus. « Les suicides chez les hommes sont particulièrement nombreux en milieu rural, dans les petites villes, précise Robert Whitley. Les industries traditionnellement masculines, comme l'agriculture, la foresterie et la pêche, sont en crise. » Selon l'INSPQ (2013), le taux de suicide chez les hommes dans les milieux ruraux est de 29 pour 100 000 personnes, contre 18 pour 100 000 personnes en milieu urbain. Les autochtones sont aussi très touchés.
Laissés-pour-compte
Au milieu des années 90, les hommes de 15 à 24 ans ont été frappés par une vague de suicides, avec un taux exceptionnel de 40 pour 100 000 personnes. Depuis, la situation s'est nettement améliorée (13,2 pour 100 000 personnes). «On a investi massivement énergie, temps et argent auprès des jeunes, ça montre que la prévention fonctionne, indique Patrice Corriveau, de l'Université d'Ottawa. Or, on a sous-estimé les besoins des hommes plus âgés. On se rend compte que leur détresse est profonde, mais les ressources sont manquantes ou absentes.» «Les hommes consultent moins, en partie parce que les services ne correspondent pas à leurs besoins, ajoute Robert Whitley. On leur demande de parler, de prendre des médicaments, alors qu'ils sont plus dans l'action. Il faut revoir l'approche.»

À DÉCOUVRIR SUR LAPRESSE.CA


Messages les plus consultés de ce blogue

Maladie de Crohn, RCH... des maladies difficiles à vivre

Act Irbesartan

Douleur abdominale (gauche et droite)