Système de santé québécois: défis de taille à relever, selon un rapport

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/

Publié le 16 mars 2017 à 11h24 | Mis à jour à 11h24
Bien que le système de santé québécois figure parmi les meilleurs au monde, des... (Archives La Presse, Martin Chamberland)
ARCHIVES LA PRESSE, MARTIN CHAMBERLAND
(Québec) Bien que le système de santé québécois figure parmi les meilleurs au monde, des défis de taille restent à relever en matière d'accessibilité et de continuité des soins, selon un rapport du Commissaire à la santé et au bien-être déposé jeudi à l'Assemblée nationale. L'organisme estime que les difficultés du système de santé ne sont pas liées à une enveloppe budgétaire insuffisante, mais bien plutôt à l'organisation des soins et à la répartition des ressources humaines et matérielles.
Dans l'ensemble, le Québec fait bonne figure en ce qui a trait à l'état de santé de sa population, aux bons résultats de soins hospitaliers et à la qualité technique des soins, tant sur les plans de la sécurité et de la pertinence que sur celui des bonnes pratiques, souligne d'emblée le CSBE dans son dernier rapport d'appréciation de la performance du système de santé et de services sociaux.
«Cependant, quelques défis de taille demeurent très présents au Québec, notamment en accessibilité et en continuité» des soins, observe le Commissaire.
Selon lui, le temps d'attente pour avoir accès aux soins est souvent trop long, que ce soit pour consulter un médecin de famille ou un médecin spécialiste, pour passer des tests diagnostiques ou pour avoir une chirurgie non priorisée par les politiques gouvernementales. 
Le CSBE note également que l'information ne suit pas nécessairement le patient dans son parcours à l'intérieur du système de santé. «Il y a peu de partage d'information entre les professionnels de la santé concernant le patient, particulièrement de la part du médecin spécialiste vers le médecin de famille», déplore-t-il dans son document de près de 70 pages.  
Le coût des services médicaux offerts par les médecins de famille est particulièrement élevé, soit 1,7 fois plus que les mêmes services selon la moyenne canadienne, et ils sont moins disponibles en dehors des heures régulières (soirs et fins de semaine), note encore le Commissaire. Un problème que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a promis de régler avec l'ouverture de 50 supercliniques d'ici la fin 2018.
Une autre préoccupation du CSBE tient à «l'iniquité documentée relativement au suivi des patients et aux résultats de santé pour les personnes ayant les revenus les plus faibles», un enjeu de taille qui devrait, selon lui, être au centre des préoccupations du système public québécois. «Les populations vulnérables ont davantage besoin de services et ces besoins non comblés exacerbent leur condition défavorable. Ce manque d'équité va à l'encontre de la solidarité, valeur chère à la société québécoise», écrit-il.
Le CSBE déplore par ailleurs qu'il soit absolument impossible à l'heure actuelle de tracer un portrait des résultats des soins reçus par les patients atteints d'un cancer en raison de l'indisponibilité de données récentes. «Pourtant, le cancer est la première cause de décès au Québec», rappelle-t-il. 
Le Commissaire remarque aussi une multidisciplinarité «limitée» dans les cliniques du Québec. Selon lui, le personnel infirmier n'est pas suffisamment impliqué dans la gestion des patients.
Plus de détails à venir...

Messages les plus consultés de ce blogue

Maladie de Crohn, RCH... des maladies difficiles à vivre

Act Irbesartan

Douleur abdominale (gauche et droite)