mercredi 8 février 2017

Intolérance alimentaire

http://www.canalvie.com/sante

L’intolérance alimentaire, à ne pas confondre avec l’allergie alimentaire, survient lorsque l’organisme est incapable de digérer un aliment ou un certain composant présent dans cet aliment. Contrairement à l’allergie, l’intolérance alimentaire n’entraine pas une réaction du système immunitaire. Les aliments le plus fréquemment en cause sont les produits laitiers (lactose) et céréaliers (gluten)

Causes de l'intolérance alimentaire

Il existe plusieurs causes pouvant expliquer l’apparition d’une intolérance alimentaire :
  • La cause la plus fréquente est que l’organisme ne produit pas (ou pas assez) d’une certaine enzyme qui est nécessaire à la digestion d’un composant précis que l’on retrouve dans l’aliment. Il existe un grand nombre d’enzymes digestives et l’absence de l’une ou l’autre entrainera une intolérance différente.
  • Certaines personnes développent une sensibilité à certains additifs chimiques présents dans les aliments préparés industriellement (comme le glutamate).
  • Une maladie peut être à l’origine de l’intolérance alimentaire (comme la maladie cœliaque pour l’intolérance au gluten.)

Qui est touché par l'intolérance alimentaire? Quels sont les facteurs de risque?

N’importe qui peut être touché par une intolérance alimentaire, indépendamment du genre, de l’âge et de la région. On remarque que les pourcentages de personnes touchées sont plus élevés dans les pays occidentaux, mais certains scientifiques affirment que cette différence s’explique surtout par le fait que les cas sont plus souvent déclarés dans ces pays que dans les régions en voie de développement.
Plusieurs facteurs peuvent augmenter le risque de souffrir d’intolérance alimentaire :
  • Un facteur génétique
  • Des habitudes alimentaires monotones
  • Certains médicaments
  • Des infections dans le système digestif
  • L’alcool
  • La consommation presque exclusive de produits industriellement modifiés
  • Le stress
  • Des facteurs environnementaux

Contagion

Les intolérances alimentaires ne sont pas contagieuses.

Les principaux symptômes de l'intolérance alimentaire

Dans la grande majorité des cas, les symptômes des intolérances alimentaires sont surtout digestifs, mais certaines personnes expérimentent aussi d’autres signes. Les symptômes les plus fréquents sont :
  • Maux de ventre
  • Crampes abdominales
  • Nausées
  • Diarrhées
  • Vomissements
  • Ballonnement
  • Mal-être généralisé
  • Maux de tête
  • Brulures d’estomac
  • Irritabilité
  • Nervosité
  • Sueurs froides
  • Réactions de peau : boutons, urticaire, démangeaisons, etc.

Diagnostic

Lorsque les symptômes de l'intolérance alimentaire reviennent fréquemment, il est nécessaire de noter ce que l’on mange afin de déterminer quel est l’aliment qui pourrait déclencher les signes d’intolérance. Le médecin prescrira des analyses sanguines afin de déterminer quels sont les aliments qui causent une intolérance.
Possibles risques de complications
Contrairement aux allergies, les intolérances alimentaires n’ont pas de complications graves. Lorsque la personne intolérante consomme une grande quantité de l’aliment incriminé, elle s’expose à des symptômes plus sévères pendant quelque temps, mais il n’y a pas d’autre risque en jeu.

Traitement de l'intolérance alimentaire

Il n’existe actuellement pas de traitement contre l'intolérance alimentaire. La seule manière d’éviter les symptômes consiste à ne plus consommer les aliments incriminés.

Prévention de l'intolérance alimentaire

Il n’est pas possible de prévenir l’apparition d’une intolérance alimentaire.

Note

Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en oeuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Canal Vie ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

Mal de ventre

http://www.canalvie.com/sante

Tout le monde a déjà eu un mal de ventre dans sa vie… Cette douleur inconfortable n’est pas une maladie, mais plutôt le symptôme que quelque chose perturbe notre abdomen.
Les maux de ventre peuvent être parfaitement bénins et disparaître d’eux-mêmes en quelques heures, mais ils sont parfois un symptôme à prendre très au sérieux. Pour s’y retrouver, voici un petit aperçu des diverses sortes de maux de ventre et de leurs causes éventuelles.

Causes du mal de ventre

La localisation, l’intensité et la fréquence de récurrence du mal de ventre sont l’unique façon de déterminer ce qui le cause. Les douleurs abdominales sont très courantes et peuvent être expliquées par de nombreuses choses :
  • Aérophagie et flatulences
  • Mauvaise digestion
  • Intoxication alimentaire
  • Ulcère d’estomac
  • Reflux gastro-oesophagien
  • Constipation
  • Diarrhée
  • Ulcère d’estomac
  • Colique néphrétique
  • Syndrome de l’intestin ou du colon irritable
  • Intolérance alimentaire
  • Douleurs menstruelles
  • Appendicite
  • Endométriose
  • Maladie de Crohn
  • Maladie cœliaque
  • Grossesse extra-utérine ou fausse couche
  • Inflammation des trompes utérines
  • Infection urinaire
  • Stress et nervosité
  • Calculs
  • Entre autres…

Qui est touché par le mal de ventre? Quels sont les facteurs de risque?

Tout le monde, depuis les plus jeunes enfants aux personnes âgées sont touchés à l’occasion par des maux de ventre d’intensité et d’origines variées.
Le mal de ventre représente d’ailleurs plus de 20 % des consultations de médecin.
Dans l’immense majorité des cas, les douleurs sont bénignes et d’origine digestive. Elles ne nécessitent donc pas de traitement à long terme.

Contagion

Le mal de ventre n'est pas contagieux.

Les principaux symptômes

Les symptômes de mal de ventre sont très différents selon la cause première, ainsi que la perception de chaque personne. Ils incluent :
  • Douleurs diffuses dans tout l’abdomen
  • Pic de douleur décelable dans un endroit précis
  • Nausées, vomissements et ballonnements
  • Forte douleur en pulsations
  • Spasmes
  • Crampes
  • Baisse d’appétit
  • Perte de poids inexpliquée
  • Sensation de brûlure

Diagnostic du mal de ventre

Lorsque vous consultez un professionnel de la santé pour un mal de ventre, celui-ci procèdera à un examen et une palpation de l’abdomen afin d’identifier la cause de votre douleur. Selon son pronostic, il faudra ensuite avoir recours à divers examens et analyses afin d’identifier la cause probable du mal de ventre.

Possibles risques de complications

Même si les douleurs abdominales sont très fréquentes, tout mal de ventre intense qui apparaît rapidement doit être prise au sérieux. Cela pourrait être causé par une appendicite ou une grossesse extra-utérine, par exemple.
De plus, lorsque les douleurs, même si elles sont supportables, reviennent très régulièrement, elles peuvent être causées par une maladie sous-jacente qu’il est souvent possible de traiter.

Traitement du mal de ventre

Le traitement préconisé par le médecin dépendra de son diagnostic final.
Pour les petits maux de ventre (digestion, brulures d’estomac, etc.), il existe de nombreux médicaments disponibles en vente libre. Demandez conseil à votre pharmacien.

Prévention du mal de ventre

Les maux de ventre qui sont causés par une maladie ou une affection sérieuse ne peuvent être prévenus, du moins au tout début. Ensuite, le personnel médical vous informera sur les meilleures façons de contrôler l’apparition de vos douleurs, si c’est possible.
Pour les maux de ventre d’origine digestive, il est possible dans certains cas de les éviter en éliminant les aliments qui sont à l’origine des douleurs (sensibilité à l’acidité, intolérances alimentaires, etc.)

Note

Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en oeuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Canal Vie ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

Hypertension artérielle

http://www.canalvie.com/sante

Sans être considérée comme une maladie en soi, l'hypertension artérielle (ou haute pression) est une condition de santé qui peut être à l'origine de plusieurs problèmes potentiellement graves. Elle survient lorsque la circulation sanguine exerce une pression trop forte sur les artères sans qu'il y ait stress ou effort physique. Il existe deux types d'hypertension artérielle : l'hypertension primaire (liée au mode de vie) et l'hypertension secondaire (liée à une condition de santé pré-existante).

Qui est touché par l'hypertension artérielle?

  • L'hypertension artérielle touche aussi bien les hommes que les femmes
  • Après l'âge de 55 ans, on est beaucoup plus susceptible d'en souffrir
  • Les femmes de plus de 65 ans en sont plus souvent victimes que les hommes au même âge
  • Avant l'âge de 50 ans, toutefois, l'hypertension artérielle touche beaucoup plus les hommes que les femmes
  • La proportion de personnes souffrant d'hypertension augmente rapidement dans les sociétés industrialisées en raison de notre mode de vie

Quels sont les facteurs de risque?

Dans le cas de l'hypertension artérielle primaire, le mode de vie joue un rôle primordial dans l'apparition du problème. Plusieurs facteurs peuvent être en cause, en voici quelques-uns.
  • Le tabagisme
  • L'abus d'alcool et de drogues
  • La sédentarité
  • La surcharge pondérale
  • Le gras abdominal, particulièrement chez les hommes jeunes
  • Le stress
  • Une alimentation trop riche en sodium (sel) et en gras, ou un abus de réglisse noire
  • L'âge est un facteur de risque non-négligeable pour l'hypertension primaire
  • Les personnes ayant des antécédents familiaux d'hypertension artérielle sont plus à risque d'en souffrir à leur tour
  • Dans le cas de l'hypertension artérielle secondaire, elle est souvent le résultat de troubles endocriniens, de problèmes de reins ou encore d'une malformation cardiaque
  • Certains médicaments, lorsqu'ils sont utilisés trop régulièrement, peuvent augmenter la pression artérielle : c'est notamment le cas de certains anti-inflammatoires (tels que l'ibuprofène) et de certains médicaments utilisés pour traiter les symptômes du rhume et de la grippe

Quels sont les principaux symptômes de l'hypertension artérielle?

Les personnes souffrant d'hypertension artérielle ne présentent souvent aucun symptôme. Toutefois, il arrive qu'ils expérimentent des symptômes parmi les suivants (lorsque l'hypertension est grave).
  • Vertiges, confusion, somnolence et bourdonnements
  • Saignements de nez
  • Palpitations cardiaques
  • Sensation de picotement dans les pieds, dans les mains

Diagnostic de l'hypertension artérielle

  • C'est en mesurant la tension régulièrement à l'aide d'un tensiomètre qu'un médecin pourra poser un diagnostic d'hypertension artérielle. Puisqu'il n'y a pas de symptômes en général et que l'hypertension est une condition répandue, on prend cette mesure dans les examens médicaux de routine que chacun devrait faire une fois par an.
  • Puisque la pression varie dans le temps selon différents facteurs (activité physique, stress, heure de la journée), plusieurs mesures sont nécessaires pour poser un diagnostic.
  • Les mesures de la pression peuvent être prises lors de rendez-vous médicaux successifs, ou à l'aide d'un appareil porté par le patient en permanence, ou encore à l'aide d'un tensiomètre à la maison, utilisé par le patient lui-même.
  • On commence généralement à parler d'hypertension artérielle lorsque la pression systolique dépasse 135 ou que la pression diastolique dépasse 85. En haut de 120 pour la systolique et de 80 pour la diastolique, on parle de pré-hypertension. Pour les diabétiques, on commence toutefois à parler d'hypertension dès 130 pour la systolique et 81 pour la diastolique.

Risques de complications

  • L'hypertension artérielle augmente de beaucoup les risques de souffrir de maladies cardio-vasculaires. On estime que le risque double chaque fois que la systolique augmente de dix.
  • En faisant travailler le coeur trop fort, l'hypertension artérielle augmente également les risques d'insuffisance et d'arrêt cardiaque.
  • La fragilisation des vaisseaux sanguins est parfois à l'origine d'une insuffisance rénale et de problèmes aux yeux.

Comment traiter l'hypertension artérielle?

  • Après un diagnostic d'hypertension artérielle, il est fortement recommandé d'appliquer les mesures préventives listées plus bas
  • Au besoin, certains médicaments peuvent être utilisés pour soigner l'hypertension artérielle
  • Les bêtabloquants, les inhibiteurs calciques et les médicaments qui bloquent la production ou la réception de l'angiotensine peuvent être utilisés pour leurs effets sur l'action cardiaque ou la dilatation des vaisseaux sanguins
  • Les diurétiques, qui aident à l'élimination du sel, ont eux aussi une certaine utilité

Prévenir l'hypertension artérielle

  • Une bonne hygiène de vie est essentielle pour prévenir l'hypertension artérielle
  • La pratique régulière d'une activité physique d'intensité modérée et stimulant le système cardio-vasculaire, telle que la marche ou la natation contribue à réduire les risques de souffrir d'hypertension
  • Il convient de limiter ses apports alimentaires en gras et en sel, de modérer sa consommation d'alcool et de privilégier fruits et légumes, poissons gras, et aliments riches en potassium
  • L'arrêt du tabac est primordial
  • Le maintien d'un poids santé contribue au maintien d'une tension artérielle normale
  • Il est idéal d'éviter les situations qui peuvent causer du stress : pratiquer régulièrement le yoga ou la relaxation peut favoriser une meilleure gestion du stress

Saviez-vous que...

Puisque l'hypertension artérielle est souvent asymptomatique et qu'elle pave souvent la voie a des maladies très graves, on la surnomme la « tueuse silencieuse. » De quoi donner froid dans le dos !

Note

Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en oeuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Canal Vie ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

Anémie

http://www.canalvie.com/sante


L'anémie est une affection qui se manifeste par un manque de globules rouges dans le sang. Comme ce sont ces globules qui transportent l'oxygène dans l'organisme, une carence peut avoir des conséquences fâcheuses...

Les types d'anémie

Il existe plusieurs types d'anémie, dont voici les 5 principales :
  • Anémie ferriprive : carence en fer, la plus fréquente
  • Anémie à hématies falciformes : les globules rouges ont une forme de « faucille »
  • Anémie pernicieuse ou mégaloblastique : causée par un manque de vitamines B12
  • Anémie aplasique : lorsque la moelle osseuse ne produit plus de globules rouges
  • Anémie inflammatoire : qui survient lors de longues maladies

Causes de l'anémie

L'anémie n'est pas réellement une maladie, elle est plutôt la conséquence d'autres maladies ou problèmes qui influencent la production, la conservation ou la « qualité » des globules rouges dans le sang :
  • Des pertes de sang importantes (règles très abondantes, une maladie comme l'hémophilie, etc.)
  • Une incapacité du corps à produire assez de globules rouges (ou qui en produit des « mauvais »)
  • La destruction trop rapide des globules rouges existant, c'est-à-dire avant que le corps ne puisse les régénérer

Qui est touché par l'anémie? Quels sont les facteurs de risque?

Les personnes touchées par l'anémie varient grandement selon le type d'anémie.

Anémie ferriprive

  • Les nourrissons
  • Les femmes enceintes ou qui allaitent
  • Les adolescents en pleine crise de croissance

Anémie à hématies falciformes

Elle est héréditaire et est transmise par des parents porteurs du gène défectueux. Les enfants en sont atteints dès leur naissance. Elle touche plus particulièrement les personnes originaires de :
  • L'Afrique
  • L'Inde
  • Le Moyen-Orient

Anémie aphasique

C'est une forme d'anémie très rare qui peut toucher aussi bien les adultes que les enfants. Entre 2 et 12 personnes sur un million en sont touchées.

Anémie inflammatoire

Elle touche surtout les personnes atteintes de la tuberculose, de troubles rhumatologiques, du VIH, de maladies des reins ou du foie.

Contagion

L'anémie n'est pas contagieuse.

Les principaux symptômes de l'anémie

Certaines personnes atteintes d'anémie n'ont aucun symptôme, ou ceux-ci sont parfois si faibles qu'on ne les remarque pas... Pour les autres, voici une liste non exhaustive des symptômes à surveiller :
  • Fatigue
  • Épuisement fréquent
  • Souffle court
  • Vertiges
  • Maux de tête
  • Pieds et mains froids
  • Bourdonnements d'oreilles
  • Palpitations au coeur
  • Pâleur extrême (les lèvres et les ongles perdent leur couleur)
  • Perte de cheveux
  • Aggravation des problèmes cardiaques
  • Malaises fréquents
  • Irritabilité
  • Jaunisse
  • Urine très foncée
  • Chez les très jeunes enfants : retards de développement

Diagnostic de l'anémie

Le professionnel de la santé qui soupçonne une anémie prescrira un prélèvement sanguin pour connaître les taux d'hémoglobine dans le sang. En analysant le nombre et la forme des globules rouges et blancs ainsi que les plaquettes, le médecin sera en mesure de trouver les causes de l'anémie. Les taux normaux doivent se situer entre 120 et 160 g/l pour les femmes et entre 140 et 180 g/l pour les hommes.
D'autres tests pourraient ensuite être nécessaires afin de découvrir les maladies sous-jacentes qui pourraient causer l'anémie.

Possibles risques de complications

Comme ce sont les globules rouges qui distribuent l'oxygène dans le sang et récupèrent les déchets (dioxyde de carbone), une insuffisance ou un mauvais fonctionnement de ces globules peut entrainer un mauvais fonctionnement de certaines parties du corps par manque d'oxygène. Si l'anémie n'est pas traitée, des dysfonctionnements chroniques peuvent survenir pour certains organes.

Dans le cas de l'anémie pernicieuse (manque de vitamines B12), des conséquences neurologiques ont pu être observées.

Traitement de l'anémie

Dans tous les cas, le médecin cherchera à traiter tout d'abord la maladie sous-jacente qui est à l'origine de l'anémie.

Pour une anémie causée par des carences, cela pourrait être des suppléments de fer, des suppléments de vitamines B12 et d'acide folique et/ou un réajustement du régime alimentaire.

Dans le cas d'importantes pertes de sang chez certaines jeunes femmes (règles trop abondantes), le médecin pourrait recommander un traitement hormonal afin de stabiliser son cycle.

Dans certains cas d'anémie sévère, il faut envisager des transfusions sanguines, et même des opérations chirurgicales.

Prévention de l'anémie

Les types d'anémie les plus communs peuvent être évités grâce à un régime alimentaire adapté. Voici quelques conseils pour ne pas expérimenter de carences en fer et/ou certaines vitamines :
  • Consommez des aliments riches en fer (céréales, foie, légumineuses, tofu, légumes verts, poissons, fruits secs, viande rouge maigre).
  • Mangez et buvez des aliments riches en vitamine C parce qu'ils aident votre corps à absorber le fer (oranges, fraises, brocoli, etc.).
  • Ne prenez pas de thé ou de café en même temps que les repas : la caféine peut bloquer votre absorption de fer.
  • Les enfants de moins d'un an ne devraient pas consommer de grande quantité de lait de vache (préférez une formule additionnée de fer, ou assurez-vous qu'ils consomment assez de fer dans le reste de leur alimentation.

Note

Les informations contenues dans cette fiche vous sont fournies à titre informatif seulement et vous permettront de poser des questions éclairées à votre médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en oeuvre pour vous fournir de l'information de qualité. Toutefois, Canal Vie ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

La grippe chez le chat

PHOTO FOTOLIA ANNIE ROSS Vendredi, 3 novembre 2017 18:13 MISE à JOUR  Vendredi, 3 novembre 2017 18:13 En novembre, chaque ...